L’astrologie amérindienne et la nature

/ / Actualités, Astrologie

L’astrologie amérindienne : l’homme et la nature en symbiose

La force de vie qui anime les Amérindiens, qui peut se nommer croyance, ou plus précisément animisme, pense l’être humain comme partie intégrante de l’Univers, en lien extrêmement ténue avec la nature : cette dévotion à la nature englobe les mondes minéral, végétal et animal. C’est dans cette communication élective avec la Terre matricielle, ce corps à corps avec toute forme de vie, que les Amérindiens ressentent leur présence, mue par des résonances physiques et symboliques avec cette nature. L’art divinatoire qui en découle, autour de la figure du cercle et du rapport direct au animaux, permet de prévoir les récoltes, prévoir également les lieux favorables pour la chasse et la pêche et les brusques changements climatiques.

La figure du cercle dans l’astrologie amérindienne

Dans ce contexte de symbiose, l’exemple de la Lune et du Soleil, que ces peuples pouvaient admirer, explique un aspect fondamental de la vie symbolique des Amérindiens : tout chez eux se mesure, se pense, et se vie en terme de cercle. Mirer la rotondité de la Lune et du Soleil servis par le cosmos marque fortement ces hommes et ces femmes : leurs danses rituelles, leurs réunions ou leurs habitations – les fameux Tipis – se font en rond, animés par cette référence à la pensée omnipotente du cercle. C’est ainsi que l’astrologie amérindienne a recourt à un cercle appelé la roue de la vie afin de renseigner chaque être humain sur ses choix de vie, tout en l’exhortant à conserver et entretenir ce rapport symbiotique avec la nature.

L’astrologie amérindienne et le rapport direct aux animaux

Dans cette veine, les peuples Amérindiens pensent également qu’à tout nouveau né correspond le tempérament d’un animal et que le premier contact du nourrisson avec une bête sauvage décide de son caractère. En effet, les Indiens d’Amérique croient que le bébé va « capter » comme par sympathie les caractéristiques dominantes du premier animal rencontré. Ainsi, pour pouvoir décrypter et déceler quel sera le caractère du nouveau né, les Indiens utilisent plusieurs techniques. La plus usuelle est d’observer les animaux sauvages rodant autour du camp lors des naissances, une autre technique est d’envoyer leur chamane en forêt pour méditer et entrer en vibration avec le monde sauvage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.