La voyance et l’Islam : focus

/ / Actualités, Pratique de la voyance

Voyance et Islam : l’incompatibilité ?

A bien considérer les témoignages sur le message porté par le Coran, le livre sacré de l’Islam, toute pratique divinatoire, et donc la voyance précisément, entrerait en conflit avec la toute puissance d’Allah, guide suprême devant présider à l’ensemble des destinées humaines. Au-delà de tout parti-pris et surtout en dehors de tout jugement, à l’opposé donc de toute polémique stérile, il convient simplement de considérer la question de la voyance et de l’Islam comme celle de la potentielle compatibilité ou non du divin avec le divinatoire. Peux-t-on véritablement parler
d’incompatibilité entre finalement la croyance, la foi, et la pratique des Arts divinatoires, comme la voyance ?

Voyance et Islam : primat du Divin sur les Arts divinatoires

Dans la mesure où est affirmé l’omnipotence du créateur Allah dans le texte sacré, il n’est pas étonnant que la voyance, au même titre que les autres arts divinatoires, soie ostracisée, mis au ban des pires usages. Car, nul, ni aucune pratique ne doit pouvoir prétendre usurper une part quelconque de clairvoyance ou de clairaudience au suprême créateur Allah. Dans la religion musulmane qui s’appuie sur le Coran, toute personne ou groupe d’individus s’investissant passeurs de vérité, prétendant pouvoir prédire l’avenir et donc éclairer des chemins de vie, n’est pas reconnue, voire, quelque peu hérétique.

Voyance et Islam, vers un avenir apaisé ?

Or, à bien considérer les temps actuels, et si nous passons outre, évidemment, les excès contemporains d’une frange d’extrémistes, il convient de se demander si, naturellement, à l’instar d’une population de plus en plus ouverte à la modernité, ce n’est pas vers un avenir apaisé que l’on se dirige. Il semble que oui, tant la marche initiale de la civilisation islamique a su engager l’humanité sur des rails novateurs, à l’origine notamment de grandes découvertes scientifiques fondatrices pour tous les bassins culturels. Dès lors, c’est d’un aller-retour nourricier sur lequel il faut parier, émettre le souhait profond, qu’à son tour, la civilisation occidentale en mouvement accompagnée des lumières arabes puissent instiller de l’ouverture, de l’apaisement à cette question.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.