Le voyant Jacques Cazotte au siècle des Lumières

/ / Actualités, Histoire de la voyance

Le voyant Jacques Cazotte : situation

Nous voici en plein XVIIIème siècle, et plus précisément sur la strette de ce dernier, dans le bouillonnement intellectuel et politique de ces années de bouleversement des idées, le fameux siècle des Lumières où la raison est de plus en plus portée comme étendard face au poids de la religion omnipotente. Courroie de transmission du pouvoir et donc complice d’inégalités sociales, d’obscurantisme et même de fanatisme, la religion et ses représentants sont mis à mal par le renouveau de la pensée des libres penseurs philosophes, écrivains et scientifiques.

Le fameux repas oraculaire autour du voyant Jacques Cazotte

Ces esprits éclairés eurent en retour des critiques des intéressés évidemment, mais également de représentants de courants plus marginaux, tels certains voyants comme Jacques Cazotte. Ne se cachant pas de critiquer à son tour le mouvement de pensée des Lumières, c’est dans ce contexte que le voyant Jacques Cazotte fait partie des réactionnaires faisant bloc devant les idées neuves et libératrices de ce courant intellectuel. L’auteur du Diable amoureux paru en 1772 est considéré par ses opposants révolutionnaires comme un adepte des Martinistes, courant ésotérique judéo-chrétien prônant le retour des êtres à la pureté de la Création.

Les prophéties justes du voyant Jacques Cazotte

Connu donc pour sa connaissance de l’occultisme et de la magie divine, le voyant Jacques Cazotte s’ancra dans la postérité grâce à ses fameuses prédictions lors d’un repas au cours d’une soirée animée. Il prédit en effet le type de mort qu’allait rencontrer tous les invités autour de la table.Il y avait présent ce soir là chez le prince de Beauvau le marquis de Condorcet, les écrivains de La Harpe et de Chamfort, ainsi que le magistrat passionné de botanique Malesherbes et l’astronome Bailly au milieu d’autres nobles favorables aux idées neuves en cette fin de siècle. Face à ses discussions militantes pour le progrès face aux privilèges, la seule présence du voyant Jacques Cazotte faisant déjà question, il en sera d’autant plus troublant pour la postérité. Cazotte avait prédit ce soir là que les uns mouraient en se coupant les veines d’autres à l’échafaud et tout fut avéré…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.